paralyser


paralyser

paralyser [ paralize ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1765; de paralysie
1Frapper de paralysie. L'attaque qui l'a paralysé. Par ext. Immobiliser. Le froid paralyse les membres. engourdir. « déjà l'asphyxie les étrangle et les paralyse » (A. Daudet).
2(1789) Fig. Frapper d'inertie; rendre incapable d'agir ou de s'exprimer. complexer, figer, glacer(fig.). « J'étais paralysé par la terreur » (Maupassant). Examinateur qui paralyse les candidats. inhiber, intimider. Par ext. L'excès de la douleur paralyse les réactions. annihiler, neutraliser.
Grève qui paralyse les transports en commun, la capitale.
⊗ CONTR. Aider, animer, éveiller.

paralyser verbe transitif Frapper quelqu'un, une partie de corps de paralysie : Une attaque lui a paralysé le côté droit. Engourdir, immobiliser : Le froid paralyse les membres. Rendre quelqu'un incapable de toute réaction : La timidité le paralyse. Stopper, arrêter une action, une progression, en particulier une production ; frapper d'inertie un secteur, un pays ; bloquer : Un accident a paralysé la circulation.paralyser (synonymes) verbe transitif Rendre quelqu'un incapable de toute réaction
Synonymes :
- anéantir
- clouer (familier)
- pétrifier
Stopper, arrêter une action, une progression, en particulier une production ;...
Synonymes :
- gêner

paralyser
v. tr.
d1./d Frapper (qqn) de paralysie (sens 1).
d2./d Par ext. Rendre inerte (une partie du corps). Le froid paralysait ses doigts.
d3./d Fig. Frapper d'inertie; empêcher d'agir, de fonctionner.

⇒PARALYSER, verbe trans.
A.PATHOL. Frapper de paralysie. Cette accélération est due à un phénomène réflexe qui paralyse le nerf pneumogastrique, le régulateur et le freinateur du coeur (GARCIN, Guide vétér., 1944, p.188). Rapidement, apparaît un envahissement local, gênant la respiration et la déglutition, paralysant les cordes vocales (QUILLET Méd. 1965, p.475):
1. Hélène était une jeune femme de 28 ans qui, au retour d'un bal où elle éprouva une violente contrariété, fut paralysée des quatre membres. Elle le resta cinq ans.
DELAY, Ét. psychol. méd., 1953, p.225.
Empl. pronom. L'organe se fatigue, se contracte et se paralyse (GARCIN, Guide vétér., 1944, p.56).
ZOOL. Immobiliser une proie par l'effet d'un venin. Citons par exemple l'instinct des hyménoptères prédateurs, qui paralysent leur proie avant de pondre sur elle et de l'enclore dans un terrier (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p.94). Si certains [gastéropodes tropicaux] sont, en effet, nécrophages (...), la plupart sont prédateurs et tuent ou paralysent leurs proies en leur injectant, avec un dard qui n'est autre qu'une dent de la radula (J.-M. PÉRÈS, Vie océan, 1966, p.109).
BIOL. Figer, bloquer l'action d'un micro-organisme, l'élaboration d'une substance. Le froid ne tue pas les germes, mais il les paralyse simplement (R. LALANNE, Alim. hum., 1942, p.92). Certaines substances paralysent la fabrication d'une hormone (Hist. gén. sc., t.3, vol. 2, 1964, p.649).
B.P. ext. Immobiliser, frapper d'inertie momentanée une personne, une partie de son corps.
1. [Le suj. désigne une pers.] Nous étions neuf, c'était assez pour paralyser le pion, c'était trop pour ne pas éveiller l'attention dans les escaliers (DU CAMP, Mém. suic., 1853, p.60). On peut étrangler «en paralysant l'aile d'un seul côté», l'aile n'étant autre que le bras de l'adversaire (Comment parlent les sportifs ds Vie Lang. 1954, p.372).
2. [Le suj. désigne une émotion, une atteinte physique] Sa bouche s'était ouverte toute grande, et il n'en sortit aucun son: l'effrayant tumulte qui montait en elle, lui paralysait la langue (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p.214). Nous nous lançons dans un cross-country dont je ne suis vainqueur que parce que la vieillesse et la peur le paralysent (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1933, p.185):
2. Mon père entendait ce qui se passait et se sentant rouler au milieu des corps sans pouvoir jeter un cri, paralysé par la douleur et par le froid, il ne pouvait qu'entr'ouvrir les yeux un moment et perdait connaissance.
VIGNY, Mém. inéd., 1863, p.46.
Empl. pronom. Il avait essayé de boire. Son geste déraillait, cherchait la carafe ailleurs que sur la chaise, et bientôt ses jambes, ses bras se paralysant il ne bougea plus (COCTEAU, Enfants, 1929, p.180).
C.P. anal.
1. Immobiliser un objet. Un dispositif de pène dormant paralyse le loquet et il est commandé par la clé (FILLON, Serrurier, 1942, p.22).
2. Arrêter l'activité, le fonctionnement d'une ville, d'un réseau de communication, d'un système étatique ou économique. Depuis 1931, la France est paralysée par une crise économique d'une gravité sans précédent (CACÉRÈS, Hist. éduc. pop., 1964, p.87):
3. ... les clauses de l'armistice concernant le blocus et le matériel de chemin de fer sont inhumaines, parce qu'elles paralysent le ravitaillement de la population et causeront la mort de femmes et d'enfants.
FOCH, Mém., t.2, 1929, p.300.
D.Au fig.
1. Réduire à l'impuissance, rendre incapable d'agir, d'exercer un jugement, d'extérioriser un sentiment. Il fut ordinairement remplacé par M. Baron, jeune, assez bon enfant, mais dont toutes les qualités étaient paralysés par la négligence (MICHELET, Mémor., 1822, p.211). Sa bonne volonté paralysait son jugement (HAMP, Marée, 1908, p.44):
4. ... le génie humain s'accommode aux faits les plus disparates. Ce qui l'accable et qui le paralyse, ce sont les événements anormaux ou du moins inattendus.
BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p.301.
Empl. pronom. En amour, la grande affaire est d'avoir le plus d'émotion possible, et la vraie duperie, c'est de se paralyser le coeur à force de lucidité (BOURGET, Crime am., 1886, p.50).
2. Entraver l'essor, empêcher le fonctionnement d'un système intellectuel, moral. Paralyser le progrès. Il paralysait ainsi la recherche au lieu de la promouvoir, parce qu'il formulait de prétendues lois de fonctionnement d'institutions déterminées (PERROUX, Écon. XXes., 1964, p.15). Devant le jeu des hypothèses, la combinaison des arguments favorables et des arguments défavorables, il se crée une espèce d'aboulie administrative qui paralyse la capacité de choisir (BELORGEY, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p.150).
Prononc. et Orth.:[], (il) paralyse []. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist.1. 1575 part. passé «atteint de paralysie» (PARÉ, OEuvres, éd. J. F. Malgaigne, t.I, 448); 1765 inf. «frapper de paralysie» (Encyclop., s.v. paralysie); 2. 1789 part. passé «frappé d'inertie, réduit à l'impuissance» (Doc. hist. révol., contrib. dir., textes, p.69 ds BRUNOT t.10, 1, p.85). Dér. de paralysie; suff. -iser. Fréq. abs. littér.:454. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 343, b) 460; XXes.: a) 657, b) 995.
DÉR. 1. Paralysation, subst. fém., zool. Action de paralyser une proie par l'action d'un venin. La méthode de paralysation est adaptée à la structure nerveuse de la victime, comme si l'insecte «connaissait» l'anatomie (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p.94). []. 1re attest. 1939 id.; de paralyser, suff. -(a)tion. 2. Paralyseur, adj. masc., zool. [En parlant de certains hyménoptères] Qui paralyse sa proie par l'action d'un venin. On sait que les diverses espèces d'hyménoptères paralyseurs déposent leurs oeufs dans des araignées, des scarabées, des chenilles qui continueront à vivre immobiles pendant un certain nombre de jours (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p.173). Le sphex paralyseur doit «sympathiser» avec sa victime avant de l'attaquer (J. VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p.26). []. 1res attest. 1892 adj. «qui paralyse» (GUÉRIN); de paralyser, suff. -eur2.

paralyser [paʀalize] v. tr.
ÉTYM. 1765, Encyclopédie; dér. formé sur paralysie d'après paralysé.
1 Frapper de paralysie. || L'attaque qui l'a paralysé.Par ext. Immobiliser; figer. || Le froid (cit. 4) paralyse les membres. Engourdir. || Entrave (cit. 4, par métaphore) qui paralyse la marche. Bloquer, entraver. || La camisole de force paralyse les mouvements.
1 Comme ces gens qui essaient de se faire mourir par le charbon et qui s'en repentent au dernier moment, lorsqu'il est trop tard et que déjà l'asphyxie les étrangle et les paralyse (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, II, XIV.
2 La malade sommeillait. Depuis quatre mois qu'une attaque l'avait paralysée en pleine force, cette femme de trente-cinq ans paraissait une vieille et souhaitait mourir.
Cocteau, les Enfants terribles, p. 38.
2 (1789). Frapper d'inertie, d'impuissance, rendre incapable d'agir ou de s'exprimer, d'extérioriser ses sentiments… Arrêter, figer, glacer (I., B., 5.), stupéfier (→ Crédit, cit. 13; culot, cit. 2; mouvement, cit. 11). || Examinateur qui paralyse les candidats. Intimider. || La timidité le paralyse (→ Gêner, cit. 20).Par ext. || L'excès de la douleur paralyse les réactions. Annihiler, neutraliser (→ Anéantissement, cit. 9). || Le cœur paralyse le cerveau (cit. 9). || L'échec risque de paralyser les efforts. Gêner (3.; → Inaccessible, cit. 12). || La paperasse (cit. 3) nous paralyse, nous étouffe. Pron. || Esprit qui se paralyse dans l'inaction.
3 Il faut convenir que, pour être heureux en vivant dans le monde, il y a des côtés de son âme qu'il faut entièrement paralyser.
Chamfort, Maximes…, Philosophie et morale, VI.
4 J'étais paralysé par la terreur, j'étais ivre d'épouvante, prêt à hurler, prêt à mourir.
Maupassant, Contes, « La morte ».
Mouvement de grève qui paralyse l'activité économique d'un pays. Immobiliser. || Paralyser l'action du gouvernement.
5 (…) les premiers troubles avaient suffi à ralentir, puis à paralyser le travail (…)
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, De Brumaire à Marengo, III.
CONTR. Aider, animer, éveiller.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • paralyser — (pa ra li zé) v. a. 1°   Rendre paralytique. Un épanchement dans un côté du cerveau paralyse la moitié du corps opposée au côté de cet épanchement. 2°   Fig. Frapper d inertie, neutraliser. La frayeur paralysait toutes ses facultés. 3°   Se… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PARALYSER — v. a. Frapper de paralysie. Cet accident lui a paralysé le bras.   Il s emploie aussi figurément, et signifie, Rendre nul, frapper d inertie, neutraliser. La frayeur paralysait toutes ses facultés. Mes efforts ont été paralysés par sa mauvaise… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PARALYSER — v. tr. Frapper de paralysie. Cet accident lui a paralysé le bras. Il a survécu à cette attaque, mais il est resté paralysé. Il s’emploie aussi figurément et signifie Rendre nul, frapper d’inertie, neutraliser. La frayeur paralysait toutes ses… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • paralyser — vt. PARALIZÎ (Albanais.001, Annecy.003, Saxel.002), pp. / an …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • paralyser — parˈalyser or (N American) parˈalyzer noun • • • Main Entry: ↑paralysis …   Useful english dictionary

  • glacer — [ glase ] v. tr. <conjug. : 3> • fin XVe; glacier « glisser » v. 1165; lat. glaciare, bas lat. glacia → glace 1 ♦ Rare Convertir (un liquide) en glace. ⇒ congeler, geler. Fig. et littér. Loc. Glacer le sang : saisir d une émotion si forte… …   Encyclopédie Universelle

  • geler — [ ʒ(ə)le ] v. <conjug. : 5> • XIIe; lat. gelare I ♦ V. tr. 1 ♦ Transformer en glace, solidifier par le froid. ⇒ congeler, surgeler. Un temps « à geler le mercure » (Gautier). Par ext. Durcir par le froid. L hiver sibérien gèle profondément… …   Encyclopédie Universelle

  • immobiliser — [ imɔbilize ] v. tr. <conjug. : 1> • 1771; du lat. immobilis « immobile; immeuble » 1 ♦ Dr. Convertir fictivement en immeuble par le procédé de l immobilisation. 2 ♦ Cour. Rendre immobile, maintenir dans l immobilité ou l inactivité. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • paraliza — PARALIZÁ, paralizez, vb. I. 1. intranz. şi refl. A se îmbolnăvi de paralizie; a damblagi. ♦ tranz. fact. A face să şi piardă mobilitatea şi sensibilitatea; a înţepeni, a amorţi. 2. tranz. fig. A împiedica, a face incapabil să se mişte, să se… …   Dicționar Român

  • engourdir — [ ɑ̃gurdir ] v. tr. <conjug. : 2> • XII e; de en et gourd I ♦ V. tr. 1 ♦ Priver en grande partie (un membre, le corps) de mobilité et de sensibilité. ⇒ paralyser. Froid qui engourdit les pieds. ⇒ transir. « L anse de fer achevait d… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.